Accueil Date de création : 06/06/07 Dernière mise à jour : 04/12/13 19:15 / 335 articles publiés

Foudroiement exceptionnel du viaduc de Millau (nuit du 6 au 7 août 2013)  (Foudroiement exceptionnel du Viaduc de Millau) posté le mercredi 21 août 2013 08:48

Blog de alexhermant :ALEX HERMANT, Foudroiement exceptionnel du viaduc de Millau (nuit du 6 au 7 août 2013)


Dans la nuit du 6 au 7 Août 2013, entre 23h03 et 23h04, Bruno Auroy a réalisé l'une des captures photographiques d'éclairs les plus intéressantes au monde depuis que l'on photographie la foudre. On y voit les mâts qui surmontent les 7 piles du viaduc de Millau recevoir chacun un impact de foudre.

Rapidement, cette image époustouflante s'est envolée sur le web ainsi que dans la presse. Elle est également en passe de faire le tour du monde.

J'ai noté que cet étonnant cliché était très controversé sur les réseaux sociaux et qu'un certain nombre de personnes la considéraient comme un habile truquage... ce qui à première vue ne me semblait pas le cas. J'ai donc contacté Bruno Auroy : d'une part afin d'étudier l'image dans le détail et d'en dégager une explication et de l'autre, l'intention de défendre son cliché. En effet, n'est-il pas injuste et affligeant d'être touché par cette sorte de grâce et de se voir traité d'imposteur par une bande d'incompétents pieds-nickelés?

Dans ce sens et spontanément, Bruno Auroy m'a transmis l'image brute et en haute définition, c'est à dire telle qu'elle lui est apparue avant qu'il n'apporte les corrections destinées à améliorer la surexposition, comme s'en charge tout photographe d'éclairs soucieux de conférer à ses images la meilleure qualité.

En ce qui me concerne, une légère préférence va vers la version brute car la lumière restitue la pleine dimension de l'événement (voir ci-dessous).

Bien évidemment, l'image n'est pas truquée, il s'agit d'une prise de vue absolument authentique.

Il aurait fallu une sacrée habileté et une immense connaissance de l'éclair et des phénomènes orageux pour parvenir à un trucage aussi élaboré. Ici, chaque élément foudre coexistant est harmonieusement disposé dans son environnement orageux, et cela ne peut pas échapper à ceux qui ont une longue expérience du terrain. Bref, à ce jour, je ne connais aucune personne capable de réaliser pareil trucage teinté d'un tel réalisme.

lien permanent

01 Introduction  (Foudroiement exceptionnel du Viaduc de Millau) posté le mercredi 21 août 2013 08:48

Blog de alexhermant :ALEX HERMANT, 01 Introduction


L'image est retranscrite ici dans sa version brute, sans la moindre amélioration et donc relativement surexposée.


7 éclairs simultanés touchent les 7 mâts en acier de 87 mètres qui surmontent les piles du viaduc. Plus en arrière, apparaît un très puissant impact vraisemblablement positif. A vue d'oeil et en tenant compte de la surexposition, on peut penser que son intensité dépasse largement les 100 000 ampères. Si la surexposition était réellement outrancière au point de donner l'illusion d'une forte amplitude, les éclairs du viaduc seraient brûlés.

Seuls les éclairs de très faible amplitude qui jaillissent de la pile 01 et 04 (en partant de la gauche) ressemblent davantage à de longs traceurs ascendants plutôt qu'à des foudroiements conventionnels. C'est à dire qu'il existe très peu de chance pour qu'ils soient porteur d'un transfert de charge du nuage vers le sol, même de très faible amplitude.

Trois coups de foudre (03, 05 et 07) sont porteurs d'une charge de faible amplitude.

Le coup de foudre 02 semble s'approcher de la moyenne.

Seul le coup de foudre 06 est manifestement porteur d'une charge plus élevée, sa configuration lisse et faiblement pourvue d'éléments sinueux est également propre à celle de l'éclair positif classique.

 

Le photographe m'a expliqué que les éclairs se manifestaient depuis un moment déjà avant le cliché, ce qui semble se confirmer sur les cartes de densité de foudroiement ainsi que des images antérieures réalisées par d'autres photographes postés dans les environs.

J'ai cru comprendre qu'après ce cliché le plus fort de la pluie est passé sur le point d'observation puis sur Millau.

 

N'étant pas sur place il est extrêmement délicat de se hasarder à une interprétation de la situation réelle. Néanmoins, ce genre de tentative est toujours très motivant.

 

Une image de CC. Chrispic à 22h38 (voir le forum Infoclimat) montre déjà un éclair dont la configuration présente les caractéristiques visuelles d'un courant de foudre positif. Sur cette image comme sur celle du viaduc (de Bruno Auroy), l'environnement orageux paraît saturé d'humidité. Le manque de densité dans les bases laisse penser à des structures anarchiques momentanées inclus dans un système plus vaste qui tend vers la l'étalement. Ces considérations et celles qui suivent sont importantes pour la compréhension du multiple foudroiement du viaduc de Millau.

A ce stade un système orageux en voie de dissipation est affecté par une subsidence de l'enclume principale qui tend à s'affaisser légèrement (même si de jeunes cellules éparses poussent à l'intérieur). Ce phénomène a pour effet de ramener les charges positives supérieures vers l'étage moyen, donc d'augmenter le nombre de foudroiements positifs et de favoriser l'extension horizontale des éclairs intranuageux situés dans les strates inférieures de la basse et moyenne troposphère.

lien permanent

02 Coupe d'un système convectif de moyenne échelle  (Foudroiement exceptionnel du Viaduc de Millau) posté le mercredi 21 août 2013 08:48

Blog de alexhermant :ALEX HERMANT, 02 Coupe d'un système convectif de moyenne échelle


En général, dans un MCS correctement structuré la majorité des éclairs positifs se positionne à l'arrière de l'orage, au sein de la vaste zone de pluie stratiforme, lorsque le plus spectaculaire de l'activité électrique issue de la charge négative principale est passé.

Ici, dans le cas de Millau, la présence des éclairs positifs à l'avant du système peut provenir d'un effondrement général de méso-échelle. Mais tout cela est à prendre avec précaution.

lien permanent

03 Echos radars sur l'Aveyron (Images Infoclimat)  (Foudroiement exceptionnel du Viaduc de Millau) posté le mercredi 21 août 2013 08:48

Blog de alexhermant :ALEX HERMANT, 03 Echos radars sur l'Aveyron (Images Infoclimat)


L'image satellite du 06 08 2013 à 23h00 (4 minutes avant la prise de vue de Bruno Auroy) montre un amas orageux mal structuré sur l'Aveyron suivi d'une ligne légèrement arquée contenant de forts noyaux de précipitations au SW du département.

 

Ceci nous conduit au rapport entre la structure positive du MCS et le déclenchement de violents coups de foudre positifs associés à l'apparition simultanée de coups de foudre ascendants sur les hautes structures conductrices.



lien permanent

04 Coup de foudre ascendant arborescent en Lozère  (Foudroiement exceptionnel du Viaduc de Millau) posté le mercredi 21 août 2013 08:47

Blog de alexhermant :ALEX HERMANT, 04 Coup de foudre ascendant arborescent en Lozère

L'image ci-dessus fut réalisée en Lozère en direction du Truc de Fortunio à l'arrière d'un MCS. Elle illustre un phénomène classique de coup de foudre positif et de forte activité intranuageuse horizontale initiant l'apparition d'un coup de foudre ascendant sur l'émetteur TDF.

 

La chronologie de l’événement est la suivante :

 

1- Apparition de décharges intranuageuses horizontales (en basse troposphère) progressant vers la partie postérieure du MCS.

 

2- Déclenchement du coup de foudre positif.

 

3- Maintien de l'activité intranuageuse et décroissance progressive du canal positif.

 

4- Extinction de l'activité intranuageuse et développement du coup de foudre ascendant.

 

5- Faible transfert de charges (sans doute positives) descendantes et extinction du canal positif de gauche.

 

Dans un grand nombre de MCS, la majorité des coups de foudre positifs apparaissent après qu'un certain nombre d'illuminations intranuageuses se développent du coeur vers l'arrière de l'orage. Durant cette phase, des coups de foudre ascendants peuvent donc se déclencher par extension de traceurs sur les pointes conductrices. L'ensemble d'un phénomène s'étale en moyenne sur une durée de temps de quelques centaines de millisecondes à une seconde comme ici. La durée de vie des positifs étant le plus souvent très inférieure à la seconde, le cas ci-dessus demeure assez exceptionnel.

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à alexhermant

Vous devez être connecté pour ajouter alexhermant à vos amis

 
Créer un blog